Le business model parfait

Il existe deux moyens de parvenir au business model parfait.

Le premier est de trouver le business model parfait et de l’exécuter.

Le second est d’exécuter un business model imparfait et de l’améliorer au fur et  à mesure.

Ma préférence va sans aucune hésitation à la seconde option.

Car la première a bien plus de chances de nous retenir d’agir, plutôt que de nous y inciter.

Le problème, lorsque nous recherchons la perfection, est que nous sommes à la merci du moindre grain de sable dans l’engrenage, de la moindre imperfection, et donc du moindre « oui, mais ».

Or, le meilleur business model du monde n’a aucun sens s’il n’est pas mis en œuvre.

Comme le disent si bien nos amis anglo-saxons :

« Done is better than perfect. »

Oui, il y a mieux que le business model parfait : le business model exécuté, celui qui permet à l’entreprise de générer, délivrer et capturer de la valeur, dans la vraie vie.

Et pas uniquement dans notre tête ou sur le papier.

FacebookTwitterGoogle+LinkedIntumblrbufferEmail