La sélection naturelle

Dans un environnement qui évolue lentement – où l’unité temporelle de référence est le millier d’années – il semble logique que les espèces les plus favorisées, génétiquement, survivent et dominent.

C’est exactement l’idée traduite par la célèbre expression d’Herbert Spencer : « La survie du plus apte ».

Ou encore, pourrions-nous dire, la survie du plus adapté.

Mais dans un environnement tel que le nôtre, où tout s’accélère – où l’unité temporelle de référence est le mois, la semaine, le jour ou même l’heure – nous ne pouvons plus compter sur nos qualités innées pour survivre.

Nous devons apprendre, sans cesse, à nous adapter.

Dans cet environnement, il n’est plus question de la survie du plus adapté, mais du succès du plus adaptable.

FacebookTwitterGoogle+LinkedIntumblrbufferEmail