Karma 2.0

Selon la loi du karma, chaque individu est responsable de ses actes, dont la somme — positive ou négative — détermine le destin.

Autrement dit, si nous agissons bien, de bonnes choses nous arriverons.

Et inversement.

Libre à chacun de nous d’adhérer ou non à cette philosophie.

Ce qui est indiscutable, en revanche, c’est que le web a profondément bouleversé les lois de propagation de l’information :

  • Tous les jours, de nouvelles connexions s’établissent, faisant de notre industrie un microcosme aux mailles de plus en plus serrées. Dérogeons à nos bonnes pratiques une seule fois, et nous pourrions bien nous retrouver « grillés » auprès de l’ensemble de notre écosystème. Car, aujourd’hui, tout le monde se connait.
  • Un buzz est vite arrivé. Du moins un bad buzz. A l’heure des réseaux sociaux, il ne faut que quelques heures à un interlocuteur insatisfait pour manifester son mécontentement. Sans même parler des adeptes du Sponso Tweet Bashing. Une erreur, et la première impression que nous donnons de notre entreprise ou de notre personne à des milliers d’inconnus pourrait bien être la mauvaise.
  • Google n’oublie rien. Jamais. Même ce que nous nous efforçons de faire oublier autour de nous, ou d’oublier nous-même. Un seul écart de conduite suffit pour que notre marque, notre entreprise ou notre réputation en pâtisse de manière durable.

Oui, chacun de nous est libre de croire ou non au Karma.

Mais aucun d’entre nous ne peut se permettre de négliger son Karma 2.0.

FacebookTwitterGoogle+LinkedIntumblrbufferEmail