Acquis sociétaux

Les acquis sociaux sont un sujet de division dans notre pays.

Loin de moi la prétention de trancher cette question épineuse et éminemment politique.

En revanche, un sujet étroitement lié nous intéresse aujourd’hui : ce que j’appellerais les acquis sociétaux.

Si tant est que nous puissions employer une telle expression, les acquis sociétaux pourraient être définis comme l’ensemble des règles qui prévalent aujourd’hui dans notre société, et qui nous sont favorables.

Il s’agit par exemple de la stabilité de notre régime politique, de notre système de protection sociale ou encore de notre accès universel à l’éducation.

Autant d’éléments qui nous permettent de bénéficier d’une certaine qualité de vie, notamment en comparaison d’autres pays.

La plupart de ces éléments sont le fruit de l’Histoire, c’est-à-dire du travail — et parfois du combat — des générations précédentes.

Un héritage précieux donc, que nous devons honorer, et préserver contre les éventuelles menaces induites par les changements économiques et géopolitiques mondiaux.

Des changements qui remettent en question nos emplois, notre niveau de vie, notre sécurité sociale et bien d’autres choses encore.

Des changements face auxquels nous devons impérativement (ré)agir.

Mais le meilleur moyen de défendre ce pour quoi les générations précédentes se sont battues n’est pas de le graver dans le marbre.

En réalité, le seul moyen d’honorer notre héritage sociétal est d’en tirer parti pour créer de nouvelles choses, développer de nouvelles idées, bâtir de nouvelles entreprises… et façonner les acquis sociétaux de demain.

FacebookTwitterGoogle+LinkedIntumblrbufferEmail